vendredi 8 juillet 2016

Qualité de la mangue : Le Sénégal en tête des pays de la Cedeao avec un niveau de conformité de 99 %

Les exportations de mangues ont fait des bonds importants entre 1998 et 2015. De 288 tonnes, elles sont passées à 16.689 tonnes pour une production de 130.000 tonnes. Du point de vue qualité, le Sénégal coiffe les pays de la Cedeao avec un niveau de conformité dépassant les 99ÂÂ %.

L’atelier du Comité national de lutte contre les mouches des fruits (Cnlmf), consacré au démarrage de la campagne mangue et à l’assemblée générale dudit comité, et qui s’est ouvert, hier, à Saly, a permis de faire l’état des lieux de la lutte et des activités de recherche sur les mouches des fruits, mais aussi de faire le bilan à mi-parcours des exportations. Selon le directeur de la protection des végétaux (Dpv), la filière mangue fait face à une kyrielle de déprédateurs constituant les principales contraintes à sa promotion. Au Sénégal, a rappelé le Dr Émile Victor Coly, la production des mangues représente 63ÂÂ % de la filière fruits et légumes et constitue l’un des piliers les plus importants du Programme de relance et d’accélération de la cadence de l’agriculture sénégalaise (Pracas). Il a souligné que les exportations de mangues ont connu une forte croissance entre 1998 et 2015.
De 288 tonnes, elles sont passées à 16.689 pour une production de 130.000 tonnes, avec une bonne réputation de «ÂÂ l’origine SénégalÂÂ » sur les marchés européens et africains. Abondant dans le même sens, Abdoulaye Ndiaye, chef de la Division législation phytosanitaire et quarantaine des plants à la Dpv, a soutenu que beaucoup d’efforts ont été faits pour le respect des normes. «ÂÂ Il est heureux de constater, a-t-il dit, que les exportations ont augmenté, comparées aux années de références, malgré la présence des mouches de fruits depuis 2004ÂÂ ». M. Ndiaye s’est félicité que le Sénégal, du point de vue qualité, soit en tête des pays de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) avec un niveau de conformité dépassant les 99ÂÂ %.

Un module sûr de réduction de la pauvreté
Le président de la Coopérative des acteurs et du Comité de lutte contre la mouche des fruits a dit toute sa satisfaction de l’accompagnement de l’État depuis la manifestation du fléau. Selon Cheikh Ngane, le Sénégal est en tête sur le plan de l’organisation ; ce qui lui a valu d’avoir mis en place très tôt sa filière mangue, laquelle est, aujourd’hui, fédératrice pour la Cedeao parce qu’existant dans 10 des 15 pays de cette communauté. Revenant sur les exportations, M. Ngane a relevé que la filière mangue est marquée par une diversité de producteurs. A son avis, cette filière est un module et un vecteur sûr de réduction de la pauvreté et de création d’emplois. En outre, il a souhaité que cette filière soit consolidée et perpétuée afin de mener le maximum de producteurs vers l’amélioration de la qualité. Selon lui, le Sénégal est derrière la Côte d’Ivoire en termes de volume, mais premier en termes de qualité. Par rapport à la mouche des fruits, CheikhÂÂ Ngane a indiqué que c’est un handicap majeur à éradiquer. Il a révélé que le moindre kilogramme de mangue du Sénégal n’est exporté vers les États-Unis à cause de la mouche des fruits. Le challenge, selon lui, c’est d’éliminer ces ravageurs pour pouvoir exporter vers les États-Unis.
Le Soleil
Enregistrer un commentaire