samedi 20 octobre 2012

Politique de mécanisation du secteur : Les besoins matériels à l’horizon 2017 déclinés

Le Sénégal sera bientôt doté d’une politique de mécanisation agricole pour la modernisation et l’intensification du secteur. Les besoins pour les différentes zones de  production ainsi que les possibilités de valorisation sont déterminés par la task force dirigée par Dr Samba Kanté dans le document provisoire qui a été présenté hier, aux différents acteurs du secteur. Une équipe qui a aussi identifié les besoins en matériel de travail du sol, de récolte et battage en zone irriguée ainsi que les besoins en matériel de traction animale et les besoins en matériel motorisé en zone pluviale.

A l’horizon 2017, le Sénégal devrait mobiliser d’après le document de politique de mécanisation agricole provisoire transmis aux participants de l’atelier de partage, à l’hôtel King Fahd Palace, 261 tracteurs, 411 moissonneuses batteuses, 99 faucheuses, 1101 batteuses, 50 décortiqueuses et 20 rizeries pour les zones irriguées. Pour les zones pluviales, le nombre de charrettes nécessaire est estimé à 437 unités. Le besoin en semoirs est évalué à 437 mille. Ceux en houes, charrues et souleveuses sont respectivement arrêtés à 434 500 ; 2 500 et 437 mille. Les zones pluviales auront également besoin du matériel motorisé. Le nombre de tracteurs nécessaire est ainsi estimé à 1062 unités. Il va falloir aussi mobiliser 1000 motoculteurs, 640 batteuses, 8 000 décortiqueuses, 16 000 moulins à céréales et 250 presses à huile.

L’ambition du gouvernement sénégalais est de faire face au déficit matériel. Selon Jean-Pierre Senghor, conseiller technique n°1 du ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rurale, «les premiers résultats du diagnostic de l’agriculture irriguée sénégalaise montrent que le déficit de matériels motorisés constitue aujourd’hui l’un des principaux goulots d’étranglement de notre politique d’intensification et de modernisation». Pour M. Senghor, «les ambitieux objectifs de production en zone pluviale ne se réaliseront pas tant qu’une solution n’est pas apportée au déficit et à la vétusté du matériel de culture attelée».
Pour satisfaire cette demande, de manière progressive, des axes d’intervention seront déclinés autour de la mise en place d’un fonds d’innovation technologique. Ce fonds est destiné aux créateurs et à ceux qui accèdent à ces technologies nouvelles en courant des risques. La mise en place d’une ligne de crédit pour la fabrication ou l’importation des matériels agricoles ainsi que l’élaboration et la mise en œuvre de mesures incitatives notamment des mesures fiscales et douanières pour permettre un accès au matériel à coût réduit sont prévues. Dr Samba Kanté et son équipe mentionnent dans le document que la ligne de crédit servira à rendre solvable la demande. Mieux soulignent-ils, un financement amorce semble un moyen indispensable.
L’Etat entend aussi à travers cette politique, faire face à l’anarchie qui règne dans l’importation des équipements agricoles, le déficit criard de techniciens en mécanisation agricole et l’absence de coordination dans les actions de mécanisation. Ainsi a-t-il décidé de créer un centre d’études, d’expérimentation et de formation en machinisme agricole et technologie post-récolte, un comité national de mécanisation, une commission de normalisation et de certification des équipements agricoles.
Pour l’atteinte de tous ces objectifs, les partenaires techniques et financiers, dont la Jica et la Fao ont réitéré leur engagement aux côtés du gouvernement sénégalais. Mais, Amadou Ouattara, représentant résidant de la Fao exhorte les acteurs à ne pas occulter les questions de genre. En effet soutient-il, «le génie agricole est souvent perçu comme une discipline à prédominance masculine dans l’agriculture et en Afrique en particulier, la plupart des travaux agricoles y compris l’utilisation d’outils et de matériels divers sont exécutés par des femmes».
                                                                                                          Par dialigue@lequotidien.sn
Enregistrer un commentaire