samedi 17 octobre 2015

INCULQUER LA NOTION D’AGRO-BUSINESS AUX ETUDIANTS

En collaboration avec l’Institut Africain de management (IAM),  l’AGROETIC a organisé son second colloque annuel de l’Agriculture, sous le thème «Agriculture biologie et développement durable des territoires de l’acte 3 de la décentralisation» hier, mercredi 14 octobre. De l’avis de Mamadou Gueye, président du conseil scientifique dudit colloque, qui regroupe des acteurs du monde rural (marabouts paysans), des étudiants, ainsi que les décideurs étatiques et des Ong, la rencontre a pour but d’accompagner les territoires communaux à devenir durables et viables, par l’impulsion des étudiants vert l’agro-business.

L’esprit de l’Acte III  de la décentralisation est d’aboutir à des territoires viables, fiables et rentables. Une volonté du chef de l’Etat, Macky Sall, qui fait suite à un constat de la disparité et des injustices sociales qui existent dans certaines contrées du Sénégal. Pour aller dans le même sens que cette vision du président de la République, l’AGROETIC en collaboration avec l’Institut africain de management (IAM), a organisé son deuxième colloque annuel hier, mercredi 14 octobre.

Regroupant entre autres, des acteurs du monde rural, notamment des marabouts paysans, des étudiants de l’IAM, ainsi que les décideurs étatiques et des Ong, la rencontre a eu comme thème d’échange «Agriculture biologie et développement durable des territoires de l’acte 3 de la décentralisation». De l’avis de Mamadou Guèye, président conseil scientifique dudit colloque, le choix du thème s’explique par «la volonté d’accompagner les territoires communaux à devenir durables et viables». Pour ce faire, explique-t-il, des communications sur l’éducation et le développement des compétences, sur l’horticulture durable, ainsi que sur le schéma directeur d’aménagement et développement du territoire, et aussi sur le leadership mouride, vont être développées.

Lui emboitant le pas, le président directeur général du groupe IAM, en l’occurrence Moustapha Mamba Guirassy, non moins ancien ministre sous le magistère de Wade, estime que le développement de l’agriculture du pays interpelle leur école de management, dans la mesure où il y a une certaine régression de ce domaine. Pour l’ancien député maire de Kédougou, cette jeunesse «ne comprend pas véritablement les enjeux et pense souvent que lorsqu’on a la chance de fréquenter les universités, on doit tout simplement se déconnecter de cette réalité».

Ainsi donc, selon lui, une telle rencontre, dans une logique de développement durable, et regroupant des acteurs qui comprennent bien les enjeux, constitue une pédagogie pour les étudiants. Mieux, à l’en croire, elle doit leur permettre «de vivre de moins en moins ce complexe d’infériorité qui fait que finalement les africains se détournent de ce qu’ils sont». Une manière, pour lui, d’inculquer la notion d’agro-business chez ces jeunes apprenants, pour un retour à la terre.

Pour le président du Gie l’AGROETIC, Sérigne Abo Khabane Mbacké, les objectifs du colloque AGROETIC 2015 sont entre autres «de réunir les producteurs agricoles, les spécialistes du secteur agricole, les investisseurs et les décideurs publics autour de la valorisation de l’agro-industrie au profit des territoires du Sénégal». Mieux, selon le jeune ‘’Mbacké-Mbacké’’, c’est «de consolider le pôle agricole autour de Touba, les territoires environnants tout en s’impliquant activement dans le développement territorial autour des zones fertiles entre Mbour- Malicounda- Tasset- Noto Diobass-Thiès»
Enregistrer un commentaire