samedi 29 juin 2013

Vital ambitionne de produire 100.000 tonnes d'ici 2017, selon son directeur général

La société agro-industrielle Vital a l'ambition de produire 100.000 tonnes de riz blanc à l’horizon 2017, a déclaré son directeur général Malick Seck qui entend ainsi contribuer sensiblement au Programme national d’autosuffisance en riz (PNAR).
‘’Nous comptons monter en puissance au fil des années et atteindre 100.000 tonnes en 2017, soit 10 pour cent du million prévu par le PNAR’’, a dit M. Seck, dans un entretien avec l'APS.
Il était au centre de Ndiaye (département de Dagana) où se tenait la rencontre pour la fixation du prix pour la contre-saison chaude.
Créée en 2009 et orientée dans la transformation du riz, Vital a établi ses quartiers dans la communauté rurale de Mbane. Elle va se doter d’une troisième et quatrième ligne de production, afin d’atteindre cet objectif, a souligné son directeur général qui, pour démarrer, a creusé un chenal de 4 km à partir du Lac de Guiers pouvant couvrir 6000 hectares.
''Cette société produit, dans la vallée, du riz local sous le label de Rixel très prisé par les consommateurs en utilisant une technologie largement testée et standardisée'', a indiqué M. Seck dont l’entreprise a introduit également des innovations dans les emballages qui n’ont rien à envier à ceux des pays réputés grands producteurs de riz,
‘’Longtemps, le riz local a souffert de la mauvaise qualité de sa présentation’’, a signalé le directeur général de Vital dont les produits seront bientôt disponibles dans les grands centres urbains, grâce à la contractualisation avec de grands distributeurs.
Selon M. Seck, dans un souci de modernisation, Vital s’est dotée de silos de stockage d’une capacité unitaire de 1.500 tonnes. Elle compte, grâce à un investissement conséquent, disposer très prochainement d'une installation de 6 silos supplémentaires de 1.500 tonnes chacun par an, soit un potentiel de stockage de 14.000 tonnes, en décembre 2016.
''Vital est aussi la première société, selon une note de présentation dont copie a été remise à l’APS, à introduire une innovation majeure dans ce milieu avec l’avènement de la commercialisation du paddy par la contractualisation tripartie: Vital-producteurs-institutions financières''.
Ce schéma de contrat avec les producteurs organisés et la Caisse nationale de crédits agricoles du Sénégal (CNCAS) s’effectue sous la surveillance de la Société d’aménagement des terres du delta et de la Falémé (SAED). Il permet à la CNCAS de recouvrer la presque totalité de son financement, et ainsi d'accroître l’enveloppe de crédits aux producteurs dans la filière.

AMD/AD
APS
Enregistrer un commentaire