mercredi 5 juin 2013

Alioune Sarr annonce des mesures pour encadrer la filière oignon et décrète la tolérance zéro

Le ministre du Commerce, de l’Industrie et du Secteur informel, Alioune Sarr, a insisté, mardi, à l’Assemblée nationale, sur les nouvelles dispositions prises par le gouvernement pour un meilleur encadrement de la filière de l’oignon local, avertissant qu’une "tolérance zéro’’ sera instaurée pour toute "entorse’’ au nouveau dispositif relatif au gel des importations de ce produit.
"L’Etat a pris d’importantes mesures pour cette année 2013 pour mieux encadrer la filière oignon. Désormais, les autorisations d’importation vont commencer à être gelées dès le mois d’octobre’’, a notamment dit M. Sarr qui répondait à une question orale, sur les importantes quantités d’oignon local qui pourrissent à l’intérieur du pays.
Cette question orale posée par le député non inscrit Mamadou Diop Decroix embarrasse également l’invasion de l’oignon importé.
"La période de gel se faisait chaque année en février, mais pour la saison 2013-2014, le gel des importations commence en octobre. Cela nous permet d’avoir une visibilité pour pouvoir réguler systématiquement l’entrée des oignons au Sénégal’’, a expliqué Alioune Sarr en guise de réponse.
"La deuxième grande décision que nous avons prise est la durée de validité des autorisations d’importations qui vont durer deux mois. Il y a aussi une autre décision que l’Etat a prise pour mieux explorer les marchés sous régionaux’’, a-t-il poursuivi.
Le ministre du Commerce ajoute que la sous région ouest africaine importe chaque année 400.000 tonne d’oignons. "Notre département a envoyé des missions en Mauritanie et en Guinée où il y a respectivement un marché potentiel de 6.000 tonnes et de 9.000 tonnes par mois. Ces deux pays peuvent absorber plus de la moitié de la production nationale de l’oignon’’, a-t-il fait observer devant les députés.
Selon Alioune Sarr, il y a une autre mesure allant dans le sens d’explorer les voies de la transformation. "Tout ce qui est cube et bouillon est fabriqué notamment à base de la poudre d’oignon. Nous faisons un appel au secteur privé sénégalais pour investir dans le secteur de la transformation et approvisionner les multinationales qui fabriquent les cubes et les bouillons’’, a-t-il suggéré.
Invitant les députés à être les ambassadeurs de la sensibilisation auprès des producteurs pour l’amélioration de la qualité des semences, des techniques culturales mais surtout pour une utilisation des magasins de stockage, M. Sarr a expliqué que l’Etat a investi plusieurs milliards pour construire des magasins de stockage.
"Mais ces magasins ne sont pas bien utilisés. Nous en avons construit tout récemment dans quelques localités et nous allons poursuivre avec l’installation d’autres sites de stockage avec l’aide de l’Union européenne’’, a ajouté Alioune Sarr.
Interpellé par plusieurs parlementaires par rapport au non respect de toutes des mesures édictées, le ministre du Commerce et de l’Industrie s'est montré ferme.
"Tous ceux qui feront une entorse à ce dispositif s’exposent aux sanctions rigoureuses de la loi. Nous allons faire une tolérance zéro dans ce domaine. Nous avons mobilisé nos services pour que toute entorse à la loi, lorsque l’arrêt des importations sera effectif, soit sévèrement sanctionnée’’, a-t-il martelé.
MTN/ASG
APS
Enregistrer un commentaire