jeudi 20 décembre 2012

Vers une nouvelle impulsion dans la coopération agricole entre Dakar et Paris (ministre)


Le gouvernement français souhaite donner une nouvelle impulsion à ses relations en matière agricole avec le Sénégal afin de développer de vrais projets de coopération et de développement mutuel entre les entreprises agricoles des deux pays, a déclaré jeudi à Dakar Guillaume Garot, ministre français délégué à l’Agroalimentaire.
 Ministre délégué auprès du ministre français de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt, M. Garot qui effectue une visite de travail de trois jours à Dakar, animait une conférence autour de la problématique du ‘’Défi alimentaire’’, à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar ( UCAD).
 Lors de son intervention, l’officiel français a abordé les grands enjeux liés au phénomène de la mondialisation croissante, comme la sécurité alimentaire, les maladies émergentes, l’accès à l’eau, les risques naturels et la préservation de la nature.
 ‘’Je suis à Dakar pour mettre au point un système de production qui soit efficace et performant. C’est le sens de ma visite au Sénégal. Je suis là pour porter de vrais projets de coopération et de développement mutuel. La France a à apprendre de l’Afrique sur le plan agricole’’, a déclaré le conférencier devant un parterre de spécialistes sénégalais, d’étudiants et de membres de la communauté française à Dakar.
 ‘’Nous allons voir comment des établissements français pourraient se rapprocher des structures de formation sénégalaises pour que le système de formation soit commun. Dans ce même but, des stages pourraient être organisés tantôt au Sénégal tantôt en France pour l’instauration d’un système agricole commun’’, a-t-il expliqué.
 Avant son intervention à l’UCAD, Guillaume Garot avait visité le Centre de formation professionnelle aux métiers de l’agro-alimentaire de Dakar, dans le quartier Gueule-Tapée.
 L'Agence française de développement (AFD) a apporté son soutien à la construction dudit centre. Il s’est rendu ensuite dans une entreprise de transformation de céréales locales cultivées par les communautés villageoises.
 ‘’J’ai expliqué aux entreprises (sénégalaises) que la France est disposée à les recevoir à Paris pour les accompagner et les guider pour tirer ce qui se fait de meilleur chez nous, notamment sur la qualité des produits alimentaires’’, a confié le ministre français chargé de l’Agroalimentaire.
 ‘’Les bailleurs français qui s’activent dans l’agroalimentaire s’intéressent bien aux entreprises agricoles françaises, mais je vais les inviter à venir voir ce qui se fait au Sénégal et en Afrique de l’Ouest. Nous allons favoriser les rapprochements entre les établissements des deux pays avec un système d’accompagnement’’, a-t-il promis, louant les potentialités de l’agriculture sénégalaise.
 ‘’J’ai constaté qu’il y a une vitalité de la jeunesse sénégalaise. Si cette vitalité est conjuguée au dynamise des entreprises agricoles avec en toile de fond une politique qui vise à modifier les pratiques culturales, il y aura une plus-value dans la production’’, a assuré le ministre français.

 MTN/ASG
Enregistrer un commentaire