jeudi 6 décembre 2012

UGB : les avantages de la machine à repiquer expliqués aux étudiants


Une démonstration de l’utilisation de la machine à repiquer a été faite devant les producteurs de la vallée du fleuve Sénégal par les étudiants en deuxième année de l’Unité de formation et de recherche de sciences agronomiques, d’aquaculture et de technologies alimentaires (UFR S2ATA), a constaté l’APS.
Cette cérémonie marque la fin d’un atelier de cinq jours (du 2 au 6 décembre) organisé en collaboration avec l’Université américaine d’Ohio et consacré à l’utilisation de la machine à repiquer et à la culture sous serre.

''Cette machine peut contribuer largement à l’amélioration quantitative et qualitative des rendements'', a dit l’étudiant Balla Dramé de la section production végétale et agronomique de l’UFR, s’exprimant devant la presse au nom de ses camardes qui ont effectué un stage de quelques mois dans la vallée.Ils ont pu ainsi constater les difficultés rencontrées par ces producteurs pour repiquer manuellement le riz, les oignons et la tomate en partageant avec eux les peines endurées dans les champs durant cette phase de la culture.‘’Manuellement, les producteurs connaissent beaucoup de pertes en repiquant le riz et la main d’œuvre est très chère dans la vallée’’, dit-il imaginant les retombées positives d’une telle machine pour eux.Parlant des avantages de cet outil, l’étudiant a insisté sur le temps engrangé pouvant être consacré à d’autres activités productives car ‘’là où il faut une heure pour repiquer un plant, la machine le fait en quelques minutes’’.Le coordonnateur de la ferme agricole de l’UGB et également enseignant-chercheur à l’UFR S2ATA, Mateug Diack, s’est félicité de ce partenariat noué avec les Américains qui ont offert gracieusement cette machine dont les bienfaits sont aujourd’hui présentés aux producteurs pour sa vulgarisation dans la vallée.‘’Nous pouvons les accompagner après acquisition de la machine dans son utilisation’’, a déclaré l’enseignant selon qui ''la vallée pourraitconnaitre une révolution si l’utilisation de cette machine venait à s’élargir''.Le professeur Richard Jake de l’université d’Ohio a dit la disponibilité de son institution à accompagner l’UGB dans la recherche d’une synergie entre la recherche, la production et la vulgarisation.
AMD/AD
Enregistrer un commentaire