jeudi 6 décembre 2012

L'investissement dans l'agriculture est le meilleur moyen de réduire la faim (FAO)


Un rapport annuel de la FAO, présenté jeudi à Rome, souligne qu’investir ‘’davantage et mieux’’ dans l'agriculture est ‘’l'un des meilleurs moyens de réduire la faim et la pauvreté tout en sauvegardant l'environnement.
Intitulé ''La Situation mondiale de l'alimentation et de l'agriculture 2012 (SOFA)'', le rapport indique que le milliard d'agriculteurs que compte le monde ‘’devraient être au centre de toute stratégie d'investissement agricole’’.
Le document souligne en effet que les agriculteurs sont, en fait, ‘’les plus gros investisseurs dans l'agriculture’’, mais leurs investissements ‘’sont souvent bridés par un environnement économique défavorable’’.
‘’Une nouvelle stratégie d'investissement, centrée sur les producteurs agricoles, est absolument nécessaire’’, a déclaré José Graziano da Silva, Directeur général de la FAO, cité dans le document.
‘’Le défi consiste à canaliser les investissements vers des secteurs où il peuvent faire la différence. Cela est important pour s'assurer que les investissements procurent des gains économiques et sociaux élevés, tout en préservant durablement l'environnement’’, a dit Mr. J. G. da Silva.
‘’De nouvelles données compilées pour ce rapport montrent que les agriculteurs, dans les pays à faibles et moyens revenus, investissent dans leurs exploitations agricoles plus de 170 milliards de dollars par an, soit environ 150 dollars par personne’’, mentionne le texte.
‘’C'est trois fois plus que toutes les autres sources d'investissement cumulées, quatre fois plus que les contributions du secteur public, et plus de 50 fois plus que l'aide publique au développement reçue par ces pays’’, précise-t-il.
L'investissement dans l'agriculture est certainement rentable, selon le rapport de la FAO. A titre d'exemple, poursuit le texte, ''au cours des 20 dernières années, les pays ayant les taux les plus élevés d'investissement dans les exploitations agricoles ont réalisé les progrès les plus significatifs pour réduire la faim de moitié''.
''Les régions où la faim et l'extrême pauvreté sont les plus répandues - Asie du Sud et Afrique subsaharienne - ont vu leurs taux d'investissement agricole stagner ou décliner ces trente dernières années'', fait valoir le rapport.
AD/DND
Enregistrer un commentaire