jeudi 29 novembre 2012

Le DG de la SUNEOR plaide la protection du capital semencier


Le Sénégal doit prendre l’option de protéger le capital semencier en refusant que ses meilleures graines partent à l’étranger, a soutenu mercredi, Thiendiaté Bouyo Ndao, directeur général de la SUNEOR, relevant que ‘’seules des semences certifiées peuvent contribuer à l’augmentation de la production’’.
 '’Je ne comprends pas qu’un pays comme le Sénégal ne dispose pas de capital semencier (…) aujourd’hui, nous ne comprenons pas pourquoi les meilleures graines partent à l’étranger, que l’année prochaine et les autres années, nous ne puissions pas avoir une bonne production’’, s’est étonné M. Ndao.
 Il s’exprimait lors de la cérémonie de lancement de la campagne de commercialisation de l’arachide en présence du ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural, Abdoulaye Baldé qui a rencontré les huiliers et les producteurs.
 ’’Il faut servir la nation avant de servir l’étranger. Nous ne pouvons pas comprendre que le Sénégal qui a une tradition huilière qui remonte à plus de 60 ans puisse accepter de revenir 100 ans en arrière, alors qu’il y a des expertises et des industries pour le faire’’, a soutenu le directeur général de la SUNEOR.
 Commentant la décision du gouvernement d’acheter le kilogramme d’arachide à 190 FCFA, Thiendiaté Bouyo Ndao, estime que l’augmentation du prix au kilogramme est une'' bonne chose'', mais ''ne résout pas'' le problème.
 ‘’La question est prise dans le mauvais sens, nous voulons régler le pouvoir d’achat du producteur en se focalisant sur le prix alors que nous n'en avons pas la maîtrise'', a t-il dit.
 ''La où nous avons la maîtrise, c’est de travailler sur la durée en amont c'est-à-dire le sol, avoir des semences certifiées pour que le rendement au lieu d’être à 500 kilos, qu’il puisse monter à 1,5 tonne’’, a-t-il ajouté.
 Le ministre de l’Agriculture a tenté les huiliers en annonçant la disponibilité d’un stock de sécurité de 50 000 tonnes de semences. ‘’Nous avons un projet important de reconstruction de capital semencier car c’est grave de ne pas avoir de semences’’, a souligné Abdoulaye Baldé.
 SK/MTN/OID
APS
Enregistrer un commentaire