mercredi 10 septembre 2014

Institut Sénégalais de Recherches Agricoles : un nouveau vaccin contre la maladie de Newcastle produit en forme liquide

Au Sénégal, le secteur de l’aviculture contribue pour prés de 16% au PIB de l’élevage et pour prés de 30% au revenu total de la production animale. C’est la 3ème viande la plus consommée après le bœuf et la viande des petits ruminants. Par conséquent, le pays compte promouvoir l’aviculture villageoise qui concerne les 2/3 de la population totale de volailles du pays (près de 21millions de sujets). Une option qui passe impérativement par une meilleure prise en charge de la couverture sanitaire de la volaille locale. A cet effet, l’Unité de production de vaccins de l’Institut sénégalais de recherches agricoles (Isra-productions vaccins) fabrique depuis 2002 le vaccin I-2 thermostable (sous la forme lyophilisée), bien connu pour son efficacité dans la lutte contre la maladie de Newcastle (MN). La MN étant la principale cause de mortalité de la volaille locale, notamment en milieu rural.
En effet, dans le but d’augmenter la sécurité alimentaire des communautés rurales, la FAO recommande et distribue la souche de vaccin I-2 thermostable dans les pays tropicaux et dans les pays en voie de développement (Fao 1997). Malheureusement, la production à grande échelle de ce vaccin a souvent été confrontée à des problèmes techniques qui ont fortement freiné sa promotion. Selon Mme Ndèye Fatou Tall Ndiaye, cadre technique supérieur à l’Isra, la production et la diffusion du vaccin I-2 demeuraient compromises à cause de l’approvisionnement souvent irrégulier et/ou insuffisant en œufs embryonnés (Spf) mais aussi à cause de la défectuosité récurrente des équipements de productions. Il devenait alors urgent pour Isra-Production-vaccins de pouvoir répondre favorablement à l’attente des populations. C’est ainsi que dans le cadre du projet de «Développement et de diffusion de technologies Fnraa 2010», l’Unité Isra-Production-vaccins a pu bénéficier d’un financement qui lui a permis de mettre en place un poulailler bio sécurisé, pour asseoir une production régulière d’œufs embryonnés de qualité et de produire la forme liquide du vaccin I-2 qui ne requiert nullement l’usage de lyophilisateur. Par conséquent, le coût de production s’en trouve considérablement réduit. De plus, la forme liquide du vaccin  (collyre) déjà prête à l’emploi, la rend plus accessible et facilement utilisable par les utilisateurs. Car, des vaccins efficaces existent sur le marché mais ne sont pas toujours adaptés aux conditions d’utilisation en milieu rural en termes de coût, de stabilité, de conditionnements réduits et de facilité d’utilisation.
Massamba cissé
Enregistrer un commentaire