vendredi 2 août 2013

Trois régions ciblées par un programme d’appui à l’entreprenariat rural



Le programme d’appui au développement agricole et à l’entreprenariat rural (PADAER) visant la réduction de la pauvreté rurale et la stimulation de la croissance économique dans les régions de Kédougou, Kolda, Tamba et Matam a été lancé, mardi au cours d’une cérémonie officielle, a constaté l’agence de presse sénégalaise.


Le lancement officiel de ce programme s’est déroulé à Kédougou, sous la présidence du gouverneur de cette région Tidiane Diouf. Plusieurs des autorités administratives étaient présentes à cet événement.


Au cours d’un point de presse, le président du comité de pilotage dudit programme, Djibril Mbaye, a précisé que l’objectif majeur de cette initiative “est la réduction de la pauvreté rurale et la stimulation de la croissance économique dans les régions de Kédougou, Kolda, Tamba et Matam”.


Il vise à “améliorer durablement la sécurité alimentaire et les revenus des petits producteurs par la création d’emplois durables pour les ruraux, en particulier les jeunes et les femmes”, a précisé M. Mbaye.


Il a annoncé la mise en place prochaine d’une plate-forme de concertation pour rendre plus efficient le travail des acteurs concernés par ce projet et éviter tout chevauchement avec des projets ou programmes similaires.


Ahmat Ly, responsable du PADAER, dans la région de Kédougou, a insisté sur la stratégie du programme consistant en une contractualisation avec des partenaires stratégiques et des prestataires privés, combinée à une approche “zones de concentration” pour des soucis d’efficacité.


Le programme cible les filières riz, mais, sorgho et fonio. Les bénéficiaires sont les petites exploitations pauvres, les organisations de producteurs, les micro et petits entrepreneurs ruraux et les éleveurs des unités pastorales.


Le PADAER dont le lancement a connu un retard, a été financé par l’Etat du Sénégal, le Fonds international de développement agricole (FIDA) et le Fonds fiduciaire espagnol, pour une durée de six ans, dans quatre régions Kédougou, Kolda, Matam et Tambacounda.
Enregistrer un commentaire