jeudi 1 août 2013

Des semences de qualité pour les paysans en 2014

Le Premier ministre Abdoul Mbaye a présidé, hier, une réunion interministérielle, la quatrième du genre, consacrée à la reconstitution du capital semencier du Sénégal. A l’issue de cette rencontre, le chef du gouvernement a réaffirmé l’engagement de l’Etat de mettre à la disposition des paysans des semences certifiées d’arachide à partir de la prochaine campagne agricole.
« Le président de la République a demandé à partir de 2014, que nous soyons en mesure de mettre à la disposition des paysans sénégalais des semences arachidières de qualité », a déclaré le Premier ministre, Abdoul Mbaye, au sortir d’un conseil interministériel consacré à la reconstitution du capital semencier. Il ne peut pas y avoir une agriculture performante sans semences de qualité, reconnaît M. Mbaye. Soulignant que le Sénégal, depuis plus de dix ans, ne dispose pas de semences de bonne qualité. « On s’est contenté de reconduire les mêmes graines de mauvais état, qui, en plus, ne sont pas certifiées. Le chef de l’Etat a demandé qu’on crée une rupture en rapport avec les objectifs fixés dans l’agriculture », a-t-il ajouté.
Ce programme de reconstitution, poursuit Abdoul Mbaye, concerne avant tout l’arachide. « La production arachidière de l’année dernière n’a pas dépassé celle de 1960 », a déploré le Premier ministre. Il reconnaît, toutefois, que cette année, le gouvernement n’a pas été en mesure de mettre à la disposition des paysans des semences certifiées. A l’en croire, certains agriculteurs se sont même plaints de retrouver du sable dans les sacs de semences. « Nous avons trouvé sur place un système qui favorisait le spéculateur au détriment du producteur. Il  ne garantissait pas, non plus, le développement de la production agricole », regrette le Premier ministre. 
Un programme annuel de 5 milliards de FCfa pour la reconstitution du capital semencier
Concernant le financement de la reconstitution du capital semencier, le ministre de l’Agriculture, Abdoulaye Baldé, précise que le budget n’est pas encore stabilisé, mais sur le plan technique, toutes les mesures ont été prises. « Nous avons mis, pour cette année, cinq milliards de FCfa dans le cadre de la reconstitution du capital semencier, au fur et à mesure, car nous avons un plan triennal pour assurer les investissements minimum requis afin de faire face à ce programme ». Par rapport à la mise en place des semences, M. Baldé rassure qu’il n’y a pas de retard dans la distribution. Par contre, les paysans se sont plaints de la cherté et de la qualité des semences. « Depuis les mois de mai et juin, nous sommes en train de mettre en place des intrants ».       A. DIAW
Abdoulaye Baldé optimiste pour la pluviométrie
Le ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural, Abdoulaye Baldé, interpelé sur la pluviométrie jugée faible, rassure. « C’est une situation de stress, mais il n’y a pas de péril en la demeure pour le moment. Nous sommes en fin juillet, déjà au sud, les pluies redeviennent régulières. Si cette tendance se maintient partout ailleurs, la situation va être normale », souligne M. Baldé. S’agissant de la présence de criquets, le ministre ne s’inquiète pas.  « On a constaté la présence des sauterelles dans certains endroits du pays, mais nous avions déjà pris toutes les dispositions nécessaires, même avant l’hivernage », rassure-t-il. M. Baldé ajoute que ses services ont prévu de dérouler une simulation pour faire face à toute éventualité d’invasion de criquets. « Nos équipes commencent déjà à lutter contre les premières larves ».                                 
Abdou DIAW
le soleil
Enregistrer un commentaire