jeudi 27 juin 2013

Echanges : Le Sénégal, 4ème acheteur africain du riz de la Thaïlande

Après le Nigéria, l’Afrique du Sud et la Côte d’Ivoire, le Sénégal est le quatrième acheteur africain du riz thaï. En dépit des inondations, la Thaïlande tente d’accroître la contribution de son secteur agricole dominé essentiellement par le riz. Ce pays s’est doté, dès 1916, d’un réseau de centres de recherche sur le riz et d’une industrie pour la mécanisation de la riziculture.

En 2012, le volume des exportations de riz de la Thaïlande était de 6,4 millions de tonnes pour une valeur de 135 milliards de baht, soit 4,5 milliards de dollars américains et 2 250 milliards de FCfa. Pourtant, compte tenu des inondations en 2012, les exportations en riz avaient drastiquement chuté. Elles étaient, en 2011, à 10,1 millions de tonnes pour une valeur de 178 milliards de bath. En dollars américains, elles représentaient 5,93 milliards, soit environ 2 966,66 milliards de FCfa. Le volume des exportations de riz a donc diminué de 37 % en tonnage et de 25 % en valeur monétaire par rapport à 2011.
Cette contreperformance liée aux inondations a classé la Thaïlande sixième producteur mondial de riz et troisième exportateur mondial de cette denrée de consommation courante, le plaçant ainsi derrière l’Inde qui en a produit 10 millions de tonnes et le Vietnam, 7,2 millions en 2012. Outre les pays susmentionnés, elle se dispute le marché mondial avec le Pakistan et les Etats-Unis d’Amérique. Avec 700 000 tonnes achetées en 2010, le Sénégal est le quatrième acheteur de riz thaïlandais. Il vient après le trio Nigéria, Afrique du Sud, Côte d’Ivoire qui ont acheté respectivement 1,6 millions de tonnes, 860 000 tonnes et 800 000 tonnes de riz de la Thaïlande.
Le Pib de la Thaïlande, selon le secrétaire général adjoint du Bureau de l’investissement, « dépend beaucoup du secteur agricole » dont la culture principale est le riz. À lui seul, soutient Vasana Mututanont, ce secteur contribue à 12 % dans la formation du Pib.
Ainsi, le pays soutient activement la riziculture. Dès 1916, la Thaïlande a mis sur pied le centre de recherche sur le riz. Aujourd’hui, le pays en compte 27 répartis sur l’ensemble du territoire. D’après le docteur Somsong Chotecheun du centre de recherche sur le riz de Pathumthani, plusieurs variétés de riz sont mises sur pied. La qualité nutritionnelle et le rendement de certaines sont améliorés.
La recherche sur le riz, poursuit-il, exclut tout usage d’organisme génétiquement modifié (Ogm). Toutefois, le chercheur reconnait que la pire des menaces sur le secteur, c’est les inondations dans ce pays fortement arrosé par la mousson et traversé par des milliers de rivières.
Outre cette politique de recherche agricole, le pays mise également sur la mécanisation. Avec la société Siam Kubota Corporation. Ltd, le pays a fini de gagner le pari de la mécanisation agricole pour conquérir l’Asie, l’Afrique de l’Est et l’Amérique du Sud où ses machines légères à multi-usage agricole sont très prisés par les petits exploitants. De notre envoyé spécial à Bangkok,Aly DIOUF
Enregistrer un commentaire