mercredi 3 avril 2013

Pouvoirs publics et OP invités à porter les dynamiques de modernisation du secteur

Les décideurs politiques, en concertation avec les organisations de producteurs, doivent servir de catalyseur aux stratégies de modernisation de l’agriculture sénégalaise qui se trouve dans l’obligation de se réformer et de se mettre à niveau des changements en œuvre dans ce secteur d’activité, a soutenu l’ancien Premier ministre, Mamadou Lamine Loum.
L’agriculture sénégalais a besoin d’être réformée par l’action combinée des décideurs politiques et des organisations de producteurs qui ‘’doivent s’approprier toutes les techniques d’évolution et d’anticipation du développement’’, a-t-il déclaré dans des propos rapportés par le numéro d’avril du mensuel Agri Info.
Selon le dernier Premier ministre du président Abdou Diouf (1981-2000), le développement de l’agriculture implique la prise en compte de changements intervenus dans l’environnement
de cette activité, dans les comportements des producteurs, en particulier dans la manière de cultiver, de récolter, etc.
‘’Il faut pouvoir trouver ce changement partout et en faire un élément d’orientation. C’est en effet la transformation qui conditionne le développement’’, a encore soutenu Mamadou Lamine Loum, selon qui, l’agriculture sénégalaise doit rompre avec l’image d’une activité ‘’dégradée’’, ‘’archaïque’’, qui ‘’a les pieds dans le passé’’.
Aussi, a-t-il demandé aux producteurs de projeter des ‘’modèles gagnants’’ d’exploitations familiales existantes dans les différentes régions, pour qu’ils fassent tache d’huile. Cela ‘’pourrait pousser les jeunes à aimer et à pratiquer l’agriculture, parce qu’elle rapporte, nourrit et fait vivre dignement sa famille’’, a-t-il dit.

BK/ASG/DND
Enregistrer un commentaire