samedi 30 mars 2013

Sénégal: 25 cadres africains initiés aux politiques agricoles

Un groupe de 25 cadres de l’Afrique francophone et anglophone ont reçu vendredi à Dakar des certificats sanctionnant une formation de deux semaines sur les politique agricole en Afrique, a constaté l’APS.
‘’Après avoir acquis les outils, les mécanismes et les méthodes, les stagiaires sont chargés d’éclairer les décideurs. Aujourd’hui, l’Afrique a d’énormes défis et chaque pays individuellement ne peut pas faire face à ces défis’’, a déclaré Thierno Mademba Gaye, directeur de cabinet du ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural.
Il présidait la cérémonie de clôture du cours sur ‘’la politique agricole en Afrique’’, organisé par l'Institut africain de développement économique et de planification des Nations Unies (IDEP), en présence des représentants des ambassades des pays dont sont originaires les participants.
Selon lui, ‘’les politiques agricoles sont de plus en plus communes. C’est pourquoi ce genre de cours est important pour le partage d’expérience, mais également pour armer les cadres en vue d’éclairer les décideurs’’.
‘’Ils vont les aider dans le cadre de l’élaboration des programmes. Les décideurs, quand ils sont face à des choix, qu’ils puissent avoir des gens armés. Aujourd’hui, la question des terres se pose avec acuité. Il faut donc un choix pour chaque pays et pour faire ce choix là, il faut des outils pour mesurer les conséquences’’, a indiqué M. Gaye.
‘’Le cours a pour but d’assurer une formation en politique agricole, afin de renforcer et de renouveler les connaissances et la capacité des décideurs africains, y compris les gestionnaires supérieurs, les négociateurs, les conseillers, les planificateurs et analystes, à faire face aux principaux défis en matière de développement du secteur agricole en tant que moteur central de développement économique et des politique sociales nationales’’, explique un document remis à la presse.
Il ‘’s’intéresse aux questions de politiques communes à la plupart des gouvernements africains. Il s’agit notamment de l’amélioration de la production et de la productivité agricole, du renforcement des relations entre l’agriculture et les autres secteurs économiques’’, souligne encore le texte.
Il est aussi question du ‘’renforcement de la sécurité alimentaire nationale, de la lutte contre la pauvreté, de l’amélioration de l’emploi, de la promotion de la durabilité environnementale et du renforcement des moyens d’existence durables dans les zones rurales, y compris l’égalité du genre’’.
FD/ASG
APS
Enregistrer un commentaire