mardi 22 janvier 2013

L'accaparement des terres devenu une réalité (responsable CNCR)


L'accaparement des terres par des privés a commencé à devenir une réalité au Sénégal, au détriment de l'agriculture familiale, au point de poser beaucoup de problèmes aux collectivités locales, a soutenu le président du Cadre national de concertation des ruraux du Sénégal (CNCR), Samba Guèye.

 "Avant, on entendait parler d'accaparement des terres partout dans le monde, sans le connaître chez nous, mais actuellement, en sillonnant les 14 régions du Sénégal, on constate qu'il y a des endroits où on ne peut plus faire la petite agriculture, l'agriculture familiale. Les terres sont attribuées aux privés", a-t-il indiqué dans un entretien avec l'APS.

 Partant, la question foncière pose actuellement "beaucoup de problèmes pour les collectivités locales du Sénégal", a fait savoir le président du CNCR, interrogé en marge d'une conférence organisé lundi à Dakar, sur le thème : "Demande alimentaire mondiale et implications technologiques".

 Cette conférence a été organisée par l'Initiative prospective agricole et rurale (IPAR), en partenariat avec l'Institut international de recherche sur les politiques alimentaires (IFPRI).

 La conférence a regroupé plusieurs experts et des officiels sénégalais, ainsi que des représentants d'institutions et d'organismes basés au Sénégal. La rencontre visait également à établir une cartographie de la demande alimentaire au niveau continental, régional et national.

 Les participants ont entre autre échangé sur la question des grandes tendances de l'économie agricole et alimentaire mondiales et discuté des questions des dynamiques de la consommation urbaine et leurs conséquences sur les technologies de transformation de produits locaux.

 SG/BK/DND
Enregistrer un commentaire