lundi 10 décembre 2012

Le système agricole sénégalais est déséquilibré, selon un ingénieur agronome


Le système agricole sénégalais est ''peu fonctionnel, trop élitiste et déséquilibré'' parce que les techniciens travaillent davantage au niveau institutionnel que sur le terrain, a relevé lundi l'ingénieur agronome Abdourahmane Faye.
 ''Le système agricole sénégalais est peu fonctionnel et trop élitiste. Ça fonctionne au sommet, mais pas à la base. Il est cloisonné, surtout dynamique au sommet avec les techniciens de haut niveau, mais pas sur le terrain. Il est déséquilibré'', a signalé M. Faye, directeur du Bureau de la formation professionnelle agricole (BFPA) au ministère de l'Agriculture et de l'Equipement rural.
 ''Il nous faut un système agricole qui prenne en compte la demande de formation de façon équilibrée'', a dit M. Faye lors d'une conférence du ministère de l'Agriculture et de l'Equipement rural.
 Ce déséquilibre relève d'un ''problème global'' qui affecte l'utilisation des ressources humaines dans le service public sénégalais, selon le ministre de l'Agriculture et de l'Equipement rural, Abdoulaye Baldé.
 ''C’est un problème global de ressources humaines'', a affirmé M. Baldé, qui présidait la conférence organisée dans le cadre de la 21ème Foire internationale de Dakar (FIDAK). Ouverte le 29 novembre, la FIDAK 2012 prend fin mercredi.
 ''Il y a des techniciens au niveau central et institutionnel. Mais d’autres sont au niveau opérationnel, à la base. Ils travaillent durement. […] Mais, nous veillons toutefois à ce que l’encadrement soit amélioré au niveau opérationnel'', a dit M. Baldé.
 Selon lui, le gouvernement travaille à ''une agriculture saine et respectueuse de l'environnement''.
 ''Ce que nous souhaitons, c'est une agriculture saine et respectueuse de l’environnement. C’est cela l’option du gouvernement. Il nous faut une agriculture qui crée les conditions d’un développement agricole très sain'', a-t-il affirmé.
 Abdoulaye Baldé promet de soutenir et de pérenniser les résultats positifs obtenus par certains projets agricoles soutenus par le gouvernement. ''Si les résultats sont salués par les acteurs et les bénéficiaires, nous comptons renforcer ces projets et les pérenniser'', a-t-il affirmé.
 Il faisait allusion au Projet d'appui aux filières agricoles (PAFA) et au Projet d'appui à la petite irrigation locale (PAPIL), sur lesquels il était interrogé lors d'un point de presse tenu en marge de la conférence.
 Il a ajouté : ''Nous allons continuer à aménager des ouvrages hydro-agricoles pour l’intérêt des populations.''

 ESF/ASG
Enregistrer un commentaire