mardi 27 novembre 2012

Le ministre de l'Agriculture relève la vulnérabilité du monde rural

 Les cycles récurrents de sécheresse et les effets induits par les changements climatiques qui affectent depuis plus de 3 décennies les systèmes de productions agro-sylvo-pastorales au Sénégal installent le monde rural dans une situation quasi-permanente de vulnérabilité, a indiqué lundi le ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural, Abdoulaye Baldé.
‘’Ces cycles, installent dans le monde rural, une situation quasi-permanente de vulnérabilité et une insécurité alimentaire de plus en plus marquée’’ a-t-il notamment dit en ouvrant les travaux d’un atelier sur les ressources en eau axé sur le thème : ‘’Gestion et valorisation de bassins de rétention en zones rurales’’.
 L’objectif de la rencontre initiée par la Commission nationale pour l’UNESCO est de sensibiliser les couches vulnérables des zones rurales, généralement des foyers de pauvreté et d’oisiveté, sur l’alternative de création de revenus et d’opportunité de retour aux terroirs.
 Abdoulaye Baldé a souligné l’importance de mettre en cohérence et en synergie les programmes de maîtrise de l’eau productive et de développement agricole, de s’appuyer sur les techniques de maitrise de l’eau pour faire de l’agriculture une activité permanente et performante.
 ‘’Il s’agit aussi de s’engager résolument dans une politique de sécurité alimentaire et de lutte contre la pauvreté en milieu périurbaine’’ a dit le ministre de l’Agriculture, précisant que cette situation de précarité affecte en particulier les couches les plus défavorisées constituées par les jeunes et les femmes.
 Le programme de maîtrise des ressources en eau constitue un pilier fondamental pour le développement de l’agriculture au Sénégal, a dit M. Baldé, estimant qu’il s’agit d’un outil pratique de mise en œuvre de différents programmes de développement économique et social en milieu rural.
 Les travaux de l’atelier doivent permettre de franchir un pas important dans le sens de sensibiliser les bénéficiaires locaux à la problématique de l’exploitation et de la gestion des ouvrages, mais également de consolider l’approche participative et inclusive dans la gérance des opportunités de valorisation des plans d’eau, a-t-il expliqué.
 le ministre de l’Agriculture et de l’Equipement rural a surtout émis le souhait de voir cette rencontre être le départ d’une synergie d’actions des différents acteurs à la base, des départements ministériels et institutions concernés par la maîtrise de l’eau.
 La rencontre s’étale sur 2 jours avec des travaux scientifiques qui sanctionneront la première journée. Le deuxième jour sera consacrée à une visite de sites dans la région de Dakar à Sébikhotane-Ponty, à Belvédère et à Dougar Peulh.

LTF/OID
Source : aps
Enregistrer un commentaire